Home Photography Photography Showcase – Kouture
Photography Showcase – Kouture

Photography Showcase – Kouture

54
0

PHOTOGRAPHY CREDITS:
Creative Director/Photographer: cynthia ortu
IG: https://www.instagram.com/cyn.0r/?hl=fr
WB: cyn.0r
Makeup Artist: Ines Mezait
WB: krdsmania
Hair Stylist: Fn Hair
WB: fn_hair_Paris
Creative Director/Photographer: Cynthia Ortu
WB: @cyn.0r
Fashion Designer: Lucie Schmitt
WB: _lucieschmitt_
Model: Ingvild Gillet
WB: ingvild_gillet

Wardrobe Credits:
1-4: Design et Bijoux par Lucie Schmitt
5: Graduation collection from La Chambre Syndicale de la Haute couture /Paris By Lucie Schmitt
6-11: Design et Bijoux par Lucie Schmitt

Cette série photo a été pensée et réalisée en collaboration avec Lucie Schmitt, étudiante en dernière année au sein de la prestigieuse « École de La Chambre Syndicale de la Haute Couture », à Paris, dans le cadre du passage de son diplôme de fin d’études.

Cette collection s’inspire du travail d’architectes et artistes issus de la mouvance minimaliste, tels que Richard Serra, inhibant les lignes et courbes au travers de matières rigides telles que le métal, ou encore Robert Morris et sa série « Wall Hanging », entièrement constituée de plaques de Feutre lacérées afin de laisser la gravité modeler la matière et créer une forme finale non pré définie par l’artiste au préalable… créant ainsi un nouvel espace d’expression au sein duquel celui-ci s’efface et s’incline, au profit de l’œuvre et des lois de la physique.

Cette approche poussa ainsi la jeune designer à mettre le poids et le mouvement de la matière au centre de sa recherche, pour réussir à les mettre en corrélation au travers du choix de ses étoffes, de leur poids et de leur tombé naturel, mêlant ainsi sa conception des courbes et formes, à une approche plus architecturale.

Le résultat donne ici une collection minimaliste, sculpturale et pourtant également définie par ce côté aérien et si léger, ajoutant ainsi une touche urbain à une collection très couture, au sein de laquelle Lucie crée un véritable dynamisme, déviant et contrariant parfois le tombé naturel de la matière, jouant avec les couches et la transparence.

Les matières qu’elle sélectionne se combinent par opposition au sein d’une même silhouette, n’hésitant pas à mixer les matières nobles telles que l’Organza, la Soie, le Crêpe, ainsi que les techniques de couture, voir même de tissage.

Et pour finir, le choix délibéré d’une collection bi chromique ajoute non seulement au concept de minimalisme, mais permets également de concentrer l’attention du spectateur que nous sommes, sur les formes et la matière.

Chaque pièce est unique et, comme les codes de la haute couture l’imposent également, chaque petite étape est réalisée à la main et prends de nombreuses heures à confectionner, se rapprochant de la sorte des métiers d’art, axés sur l’artisanat et l’orfèvrerie ; deux concepts qui font aujourd’hui leur grand retour dans un monde ou la consommation et le fast-fashion ont totalement inhibé l’aspect artistique du design et de la mode. C’est le retour du slow fashion et on adore ça.

Pour réaliser cette série je me suis donc inspirée du terme « fluidité » : fluidité du mouvement, fluidité de la matière.

Les looks, bien qu’ayant un aspect généralement aérien, pourtant me rappellent le léger mouvement d’un court d’eau, très légèrement dévié voir contrarié par les éléments, qui lui donnent une texture évolutive selon les moments ou les endroits auxquels on peut l’observer, mais qui continue inlassablement son trot vers le large, assorti de ces sonorités si apaisantes du ruissèlement.

Je voulais donc que la série, et les éléments qui la composent, fassent référence à cela, à un concept d’humidité suggéré ; un look « wet » que l’on ressent sans pour autant l’identifier au premier regard.
Le set propose une texture patinée, et le make-up glossy et aux contours légèrement progressifs permet de compléter l’ambiance escomptée.
J’ai choisi d’œuvrer pour une palette de couleur naturelle, qui pourrait renvoyer à un troisième élément : la terre. Du beige à l’ocre, des ombres de plantes, j’ai voulu compléter les éléments sans pour autant que cela ne détourne l’attention de la collection, tout en apportant une touche de couleur dans une série que l’on aurait facilement pu imaginer en noir et blanc.

(54)